Un timbre réalisé en l'honneur de Vladimir Komarov et du vol Voskhod 1, qui s'est déroulé avec succès les 12 et 13 octobre 1964. | Paille via Flickr
Un timbre réalisé en l'honneur de Vladimir Komarov et du vol Voskhod 1, qui s'est déroulé avec succès les 12 et 13 octobre 1964. | Paille via Flickr

Vladimir Komarov, le cosmonaute qui savait qu'il ne reviendrait pas vivant

Son sacrifice, destiné à sauver Youri Gagarine, fit de lui le premier mort de l'histoire de l'espace.

Il y a plus de soixante ans, Youri Gagarine entrait définitivement dans l'histoire en devenant le premier humain à effectuer un voyage spatial. C'était le 12 avril 1961, au cours de la mission Vostok 1, effectuée dans le cadre du programme spatial de l'URSS.

Ce fut la seule mission spatiale réalisée par Gagarine, qui continua ensuite à travailler pour le programme soviétique depuis la Terre. En réalité, il aurait pu retourner dans l'espace en 1967. Mais il n'en serait jamais revenu, comme le raconte IFLScience.

En 1967, l'Union soviétique décida en effet de lancer deux engins spatiaux coup sur coup: Soyouz 1, piloté par Vladimir Komarov, puis Soyouz 2, avec trois autres cosmonautes à bord. Une fois en orbite, il était prévu que Komarov réalise une sortie dans l'espace, puis que deux de ses trois camarades présents sur Soyouz 2 le rejoignent dans Soyouz 1 avant de repartir avec lui vers la Terre.

Alerte rouge

Gagarine était le cosmonaute numéro 5, un remplaçant de luxe participant à l'entraînement sur Terre afin de pouvoir suppléer à tout moment n'importe lequel de ses quatre partenaires si l'un d'entre eux rencontrait un problème avant le départ.

C'est à lui que Komarov vint se confier quand il eut vent des nombreux problèmes découverts sur l'engin spatial. Un rapport d'une dizaine de pages consignait plus de 200 problèmes de structure sur Soyouz 1, lesquels devaient être résolus d'urgence, sous peine de transformer la capsule en cercueil de l'espace.

Pas assez hardis pour faire remonter ces informations inquiétantes jusqu'au plus haut sommet du pays, les responsables du programme spatial soviétique ont alors décidé de faire comme si de rien n'était et d'essayer de colmater les brèches, sans même reporter la date du lancement. Pendant ce temps, les proches de Komarov tentèrent de le convaincre de ne pas partir et de refuser la mission Soyouz 1.

Mais Komarov, bien que conscient de l'immense danger qu'il courait s'il maintenait son voyage spatial, décida de ne pas annuler sa participation. Il savait en effet que s'il ne prenait pas place dans l'engin, Youri Gagarine serait nommé et risquerait d'aller au casse-pipe à sa place. Un sacrifice destiné à exprimer sa loyauté et son amitié envers le héros de la conquête spatiale soviétique, qu'il a toujours considéré comme un modèle et un mentor.

Avant de partir, Komarov fixa simplement une exigence: il demanda officiellement à ce qu'en cas d'issue fatale, son cercueil soit laissé ouvert lors de ses funérailles, dans le but que personne ne puisse détourner les yeux de ce qui avait pu lui arriver.

Condamné à mort

Le jour du lancement, Gagarine fit des pieds et des mains pour faire prendre du retard à la mission, ne pouvant pas explicitement demander son annulation. Mais rien n'y fit: Soyouz 1 fut lancé, avec Vladimir Komarov à son bord. Les ennuis débutèrent rapidement, avec l'échec de déploiement de l'un des panneaux solaires du vaisseau, synonyme d'une perte conséquente d'énergie et de puissance.

Au sol, l'agence spatiale commença enfin à se réveiller et lui ordonna de rentrer, mais l'engin se mit à tourner de façon incontrôlable, devenant vite impossible à maîtriser. On ne tarda pas à entendre des cris de terreur, racontent les observateurs. Vladimir Komarov parvint en effet à entrer en communication avec ses collaborateurs restés au sol. Ses derniers signes de vie seront des pleurs.

Le jour de ses funérailles, le cercueil resta ouvert et les restes de son corps, qui avaient pu être récupérés, furent exposés à la vue de tous, comme pour rappeler que l'URSS, bien trop négligente sur le dossier Soyouz, allait devoir garder sa mort sur la conscience.

En ce moment

💣 L'obus GPS qui fait trembler Moscou 🛢️ L'OPEP du côté russe 🤑 Les SMS ridicules de Musk & co., une journée sur korii.

Et Cætera

💣 L'obus GPS qui fait trembler Moscou 🛢️ L'OPEP du côté russe 🤑 Les SMS ridicules de Musk & co., une journée sur korii.

Quatre articles pour comprendre le monde en avance.

Les SMS d'Elon Musk et de ses copains milliardaires, «de la merde contre les murs»

Tech

Les SMS d'Elon Musk et de ses copains milliardaires, «de la merde contre les murs»

Fayotage, idées à la noix et egos géants: le rachat de Twitter, c'est pas joli joli.

L'alignement de l'Arabie saoudite avec la Russie est un désastre total

Biz

L'alignement de l'Arabie saoudite avec la Russie est un désastre total

Pour la Maison-Blanche, pour l'Ukraine et pour votre plein d'essence.