Elon Musk, sans doute en train de tweeter une ânerie sur le bitcoin. | Odd ANDERSEN / AFP
Elon Musk, sans doute en train de tweeter une ânerie sur le bitcoin. | Odd ANDERSEN / AFP

Voiture à hydrogène: Elon Musk et le boss de Volkswagen dénoncent une entourloupe

Selon eux, elle gaspille l'énergie, coûte beaucoup plus cher et ne résout pas le problème du climat.

Sur ce sujet, au moins, les patrons de Volkswagen et de Tesla sont d'accord: aucun ne croit à la voiture à hydrogène. «Il a été prouvé que la voiture à hydrogène n'apporte pas de réponse aux problèmes climatiques des transports», affirme sur Twitter Herbert Diess, le directeur général du groupe allemand.

«Il est clair que les transports ont opté pour la propulsion électrique. Il est inutile d'en débattre davantage.» Un propos corroboré par Elon Musk qui a répondu peu après: «Diess a raison. L'hydrogène est une forme incroyablement stupide de stockage d'énergie pour les voitures, tout juste bonne pour un étage supérieur de fusée.»

Herbert Diess a justifié sa position sur la base d'une étude de l'Institut de recherche sur les impacts climatiques de Potsdam (PIK), expliquant que le carburant à base d'hydrogène est inefficace, coûteux, et même nuisible au climat.

«L'hydrogène constitue une fausse promesse et n'est pas en mesure de remplacer les combustibles fossiles sur une grande ampleur avant au moins une décennie», écrit Falko Ueckerdt, le principal auteur de l'étude relayée par le Handelsblatt.

Selon ses conclusions, il est bien plus efficace d'utiliser directement un moteur électrique plutôt que de passer par l'hydrogène, dont la production nécessite 2 à 14 fois plus d'électricité.

Et comme la majeure partie de l'hydrogène est aujourd'hui fabriquée à partir d'énergies fossiles, un moteur à hydrogène génère au final plus d'émissions qu'un moteur à combustion interne. Enfin, importer de l'hydrogène «vert» produit à grande échelle avec du solaire en Afrique reviendrait à créer une nouvelle dépendance pour l'Allemagne, souligne l'étude.

Un faux Graal?

Dans un billet de blog en 2019, Volkswagen détaillait déjà sa position par rapport à la voiture à hydrogène. «Une batterie de voiture électrique a un niveau d'efficacité compris entre 70 et 80%», c'est-à-dire que 20% à 30% de l'énergie est perdue lors du transport et de l'utilisation, explique le blog.

«Avec la voiture à hydrogène, 45% de l'énergie est déjà perdue lors de la production d'hydrogène par électrolyse, puis encore 55% est perdu lorsque l'hydrogène est converti en électricité dans le véhicule.» Ce qui donne un rendement compris entre 25% et 35%: c'est faible.

C'est pire encore si l'hydrogène est brûlé comme carburant au lieu d'être converti en électricité: le rendement ne dépasse alors pas les 10% à 20%. Citant une étude du cabinet de conseil Horváth & Partners, Volkswagen estime que le coût global pour le consommateur serait de 2 à 7 euros les 100 kilomètres pour la voiture électrique, contre 9 à 12 pour la voiture à hydrogène.

Alors que de nombreux constructeurs comme Toyota, Hyundai, BMW ou Stellantis (issu de la fusion Fiat-PSA) sont résolument engagés dans la voiture à hydrogène, Volkswagen et Tesla ont eux mis toutes leurs cartouches dans l'électricité.

Le groupe allemand a annoncé 46 milliards d'euros d'investissements dans le véhicule électrique d'ici cinq ans, qui devrait représenter la moitié de ses ventes à horizon 2030. C'est peut-être à ce moment qu'Elon Musk risque d'être un peu moins en accord avec son rival allemand.

En ce moment

Les voitures autonomes ne sont pas plus évoluées qu'un enfant de 7 ans

Tech

Les voitures autonomes ne sont pas plus évoluées qu'un enfant de 7 ans

L'intelligence artificielle fait fi du concept de «permanence des objets».

L'ordinateur quantique est-il voué à l'échec?

Tech

L'ordinateur quantique est-il voué à l'échec?

Beaucoup trop de bruit pour pas grand-chose.

Dans les bagages des touristes de SpaceX, des menottes et des sédatifs

Tech

Dans les bagages des touristes de SpaceX, des menottes et des sédatifs

On n'est jamais trop prudent.