C'est sûr, c'est sec. | Harshit Tahlani via Unsplash
C'est sûr, c'est sec. | Harshit Tahlani via Unsplash

Les voitures électriques vont-elles causer une pénurie mondiale d'eau?

La quantité d'eau nécessaire à la fabrication des batteries et des puces électroniques est abyssale.

La voiture électrique est-elle vraiment écologique? Selon une étude de l'Ademe citée par Le Parisien, la fabrication d'une voiture électrique émet en moyenne 50% de CO2 de plus qu'une voiture thermique, notamment en raison de l'extraction des métaux de la batterie (cobalt, graphite, manganèse, lithium, nickel…)

«Les véhicules électriques ou hybrides sont également plus lourds, avec toutes les conséquences qui en résultent: usure des pneus, de la route et émissions lors du freinage, tous proportionnels au poids», souligne Loïk Le Floch-Prigent dans Atlantico.

Mais ce n'est pas tout. Les véhicules électriques risquent également de provoquer une pénurie d'eau, avance Paul Buchwitz, du gestionnaire d'actifs allemand DWS.

Ces voitures truffées de capteurs et d'électronique «contiennent de grandes quantités de semi-conducteurs qui consomment beaucoup d'eau, fait valoir l'expert. Il faut environ 100 litres pour produire une seule puce, car les plaquettes sont nettoyées à chaque étape du processus».

La situation serait particulièrement critique à Taïwan, qui produit 70% des puces pour les voitures dans le monde. Taiwan Semiconductor manufacturing company (TSMC), le numéro un mondial de la fonderie de puces, consomme à lui seul 156.000 tonnes d'eau par jour. Le niveau de sécheresse dans le pays est tel que l'entreprise fait appel à des camions-citernes pour se faire livrer en eau, et que les tensions montent avec les agricuteurs locaux.

Le haut débit de l'eau

Par ailleurs, la production des batteries consomme également beaucoup d'eau. Il faut ainsi entre 41.000 et 1,9 million de litres d'eau pour extraire une tonne de lithium. Au total, une voiture électrique consommerait 56% d'eau en plus sur son cycle de vie qu'une voiture thermique d'après un rapport du Congrès américain.

Et ce n'est pas mieux avec le véhicule à hydrogène. «Un litre de carburant synthétique à base d'hydrogène nécessite environ 1,4 litre d'eau. Si ce carburant est également produit à partir d'hydrogène “vert” produit à partir d'énergies renouvelables, la quantité d'eau nécessaire peut atteindre 70 litres par litre de carburant, car de grandes quantités d'eau sont également nécessaires pour la fourniture et l'entretien des sources d'énergies renouvelables, telles que les installations solaires», met en garde Paul Buchwitz.

Il convient néanmoins de relativiser ces chiffres. «La fabrication d'une batterie de Tesla de 64 kWh nécessite 3.840 litres d'eau, soit la consommation nécessaire à la production de dix avocats, 30 tasses de café ou un demi jean, tempère ainsi Maximilian Fichter, le directeur de l'Institut Helmholtz pour le stockage de l'énergie électrochimique d'Ulm dans le TagesSpiegel. De plus, 17,5 milliards de litres de pétrole sont actuellement consommés dans le monde chaque jour, nécessitant 46 milliards de litres d'eau pour leur extraction. Avec cette eau, vous pourriez extraire du lithium pour 1,5 million de batteries Tesla.»

En ce moment

Géant chinois de la batterie automobile, CATL fait le pari du sel

Tech

Géant chinois de la batterie automobile, CATL fait le pari du sel

Le sodium peut-il détrôner le lithium?

Le Pentagone a «misérablement échoué» lors d'une guerre simulée contre la Chine

Tech

Le Pentagone a «misérablement échoué» lors d'une guerre simulée contre la Chine

Conclusion: tout est à revoir.

L'hydrogène rose, nouvelle arme d'EDF pour vendre ses centrales nucléaires

Tech

L'hydrogène rose, nouvelle arme d'EDF pour vendre ses centrales nucléaires

D'une pierre, deux coups.